Critères d’Attribution du Prix

Par son Prix, la Fondation s’efforce de mettre en lumière le rôle de celles et ceux qui vivent un engagement spirituel en militant pour la dignité de la personne humaine, par leurs recherches, par leurs idées, par leur sens de la communication. Son but est de récompenser des personnes qui œuvrent de façon remarquable pour l’approfondissement, le rayonnement et le renouvellement des idées ou des engagements d’Henry Dunant.

La Fondation décerne le Prix sous deux formes : le Prix Henry Dunant – Terrain, et le Prix Henry Dunant – Recherche.

Le Prix Henry Dunant – Terrain fut attribué pour la première fois en 1995. Le Conseil de Fondation décerne le prix « Terrain» sur la base des candidatures proposées par ses membres. Sa volonté est de récompenser des personnes plutôt que des institutions ou des organisations. Il privilégie les personnes qui se sont engagées, après avoir été personnellement témoins ou victimes de la souffrance humaine, plutôt que les travailleurs de l’humanitaire «de carrière». Il donne enfin la priorité aux personnes œuvrant directement dans les pays ou régions concernées par les conflits armés ou autres situations de souffrance.

Le Prix Henry Dunant – Recherche est décerné pour la première fois en 2005 et est le fruit d’un partenariat avec l’Académie de Droit International Humanitaire et de Droits Humains à Genève (ADH). Attribué annuellement dans le cadre du programme d’enseignement de l’ADH, son but est de récompenser un travail académique exceptionnel qui contribue à l’approfondissement, au rayonnement, et au renouvellement des idéaux d’Henry Dunant, par le Droit.

Criteres d’attribution du Prix Henry Dunant

Le Conseil de Fondation attribue le Prix Henry Dunant sous ses deux formes à des personnes qui de par leur recherche (Prix Recherche) ou leur action (Prix Terrain) poursuivent l’œuvre d’Henry Dunant sur les thématiques et l’esprit de son engagement

Les themes et combats d’Henry Dunant

Les victimes de persécutions

  • Religieuses : les huguenots après la révocation de l’Edit de Nantes ; les évangéliques dans l’Italie du milieu du XIXe siècle ; les juifs de Rome antique à la Russie ou l’Empire ottoman du XIXe siècle
  • Socio-culturelles : les génies malheureux ou persécutés, les prophètes et les visionnaires

Les victimes de la guerre et du militarisme

  • Les militaires blessés, les prisonniers de guerre, les francs-tireurs, les jeunes soldats traumatisés par la violence de leurs actes
  • Les civils dans les zones de combat ou déracinés par la guerre
  • Les classes les plus pauvres de la société

Le féminisme

  • Valoriser le rôle des femmes dans l’aide humanitaire
  • Organiser une « Croix-Verte » qui protègerait la femme et ses enfants comme la Croix-Rouge protège les militaires blessés
  • Rétablir la place de la femme dans la société moderne, comme facteur de paix et de protection de la civilisation

L’anticolonialisme

  • Lutter contre la domination des grands empires
  • S’insurger contre la destruction de civilisations extra-européennes
  • Mettre en doute la supériorité de l’Occident chrétien

Le pacifisme

  • Dénoncer les désastres causés par la guerre : pertes humaines, démoralisation ou deshumanisation des soldats, catastrophes économiques
  • Promouvoir l’arbitrage international

L’esprit Henry Dunant

Humanité

  • Une compassion pour ceux que le progrès laisse derrière lui
  • Une aversion foncière pour le fort qui exploite le faible
  • Une sensibilité à fleur de peau face à toute souffrance humaine

Communication

  • Une faculté de solliciter des appuis de tous bords
  • Un rappel du devoir des élites
  • Un besoin de sensibiliser l’opinion publique, surtout les décideurs
  • Une volonté de s’adresser à l’humanité entière

Engagement sans limite

  • Un refus d’accepter l’ordre établi, lorsqu’il choque
  • Une conviction qu’un individu peut changer les choses
  • Une détermination à proclamer des convictions, malgré les idées reçues
  • Un sens de la mission, à la limite de la prophétie