2011 – Pierre Claver Mbonimpa

Pierre Claver Mbonimpa
Pierre Claver Mbonimpa

En 2011, la Fondation Prix Henry Dunant a octroyé le Prix Henry Dunant à M. Pierre Claver Mbonimpa au titre de son engagement indéfectible en faveur des droits humains et des principes humanitaires proclamés par Henry Dunant, le fondateur de la Croix-Rouge, notamment les principes d’humanité et d’impartialité.

C’est avec consternation que les membres du Conseil de Fondation Prix Henry Dunant ont appris l’arrestation, dans la nuit du 15 au 16 mai 2014 à l’aéroport de Bujumbura, de M. Pierre Claver Mbonimpa. D’après les charges qui ont été retenues contre lui, M. Mbonimpa aurait été arrêté en raison des déclarations qu’il aurait faites le 6 mai dernier pour dénoncer l’armement des jeunes du parti au pouvoir. Le Conseil de Fondation Prix Henry Dunant est persuadé que M. Mbonimpa est toujours resté fidèle aux principes de son engagement en faveur des droits humains et ne saurait imaginer que M. Mbonimpa ait pu se livrer à une activité susceptible de tomber sous le coup de la loi.

En conséquence, le Conseil de Fondation Prix Henry Dunant a écrit le 23 mai aux autorités burundaises demandant la libération de M. Pierre Claver Mbonimpa et l’abandon des poursuites engagées contre lui. Nos lettres sont restées à ce jour sans réponse. Nous lui avons également écrit le 21 juillet 2014.

Le Conseil de Fondation Prix Henry Dunant a décidé ce jour de déclarer publiquement et solennellement son soutien à M. Pierre Claver Mbonimpa et réitère sa demande de libération immédiate et d’abandon de toutes les poursuites engagées contre lui.

Références web

Le lauréat avec son épouse
Le lauréat avec son épouse

Soutenez-nous au travers des réseaux sociaux: #FreeMbonimpaPC, suivez les actions de la société civile #VendrediVert et l’ambassadeur US aux UN Samantha Power qui est également engagée au travers du tweet suivant: @AmbassadorPower.

Le Prix Henry Dunant 2011 a été remis à M. Pierre Claver Mbonimpa le mardi 5 avril 2011, salle de l’Alabama à l’Hôtel de ville de Genève pour son courageux engagement en vue d’améliorer les conditions de détention dans les prisons burundaises, appliquant ainsi les principes fondamentaux de l’action d’Henry Dunant :

  • Respect de la dignité humaine.
  • Protection de la femme et de l’enfant.

Monsieur Pierre Claver Mbonimpa

Pierre Claver Mbonimpa a créé une association qui s’occupe des droits de la personne humaine et des droits des prisonniers, baptisée Association pour la Protection des Droits Humains et des Personnes Détenues « APRODH » agréée le 28 août 2001. Il s’agit d’une organisation multidimensionnelle s’occupant du droit des prisonniers, de la torture, des violences sexuelles, ainsi que des mineurs en détention. L’association visite régulièrement les prisons, ainsi que les autres lieux de détention et de garde à vue, sous la responsabilité de différents ministères rencontrant des prisonniers et assurant le suivi de leurs cas.

C’est au travers de son expérience personnelle que Pierre Claver Mbonimpa s’est intéressé au sort des prisonniers. Ancien fonctionnaire au ministère de l’Economie et des finances et ensuite à la Police de l’air et des frontières, il a été emprisonné pendant deux ans (1994-1996) à la Prison centrale de Mpimba. C’est à ce moment qu’il a réalisé combien les conditions de détention sont trop souvent extrêmement pénibles, voire inhumaines. Lors de son séjour carcéral en 1995 naquit l’idée de créer une association sans but lucratif. Avec deux autres prisonniers, il élabora les statuts de l’Association pour la Défense des Droits des Prisonniers en prison. Ayant constaté que la vie carcérale ne tient compte ni de la race, ni de la couleur, ni de l’ethnie, l’association a décidé de défendre les droits de tout le monde sans distinction aucune.

En reconnaissance à son engagement, Pierre Claver Mbonimpa a reçu le prix Martin Ennals (2007). Il est lauréat de Bon défenseur des droits de l’homme, décerné par le Forum de la société civile burundaise (2008). Le journal Arc-En-Ciel l’a placé parmi les dix hommes qui se sont distingués en 2008. En 2009, une organisation du Burundi lui a attribué le prix le Patriote.

Lire l’article dans la Feuille d’Avis Officielle (lien direct) et le discours prononcé par Madame Rochat.

Pierre Claver Mbonimpa
De gauche à droite : M. Dominique Louis chef du Protocole adjoint, un huissier de la République et canton de Genève, M. Olivier Vodoz membre du conseil de la Fondation et vice-président du CICR, M. Roger Durand président du conseil de la Fondation, Mme Isabel Rochat conseillère d’Etat et représentante du gouvernement genevois, M. Pierre-André Mourgue d’Algue membre du conseil de la Fondation et arrière petit-neveu d’Henry Dunant, M. Pierre Claver Mbonimpa lauréat du Prix Henry Dunant 2011, Mme Caty Clément membre du conseil de Fondation et professeure au Centre de politique de sécurité de la Confédération suisse. Photographie de M. Zouhri Mohammed
Pierre Claver Mbonimpa évoque son action pour la protection des détenus au Burundi. Assis à la table : Isabel Rochat, conseillère d'Etat, et Roger Durand président de la Fondation Prix Henry Dunant. Hôtel de ville de Genève, salle de l'Alabama, mardi 5 avril : remise du Prix Henry Dunant Terrain 2011.
Pierre Claver Mbonimpa évoque son action pour la protection des détenus au Burundi. Assis à la table : Isabel Rochat, conseillère d’Etat, et Roger Durand président de la Fondation Prix Henry Dunant. Hôtel de ville de Genève, salle de l’Alabama, mardi 5 avril : remise du Prix Henry Dunant Terrain 2011.